Membres

La Commission de la représentation électorale se compose du directeur général des élections, M. Pierre Reid, et de deux commissaires nommés par l’Assemblée nationale parmi les personnes qui ont la qualité d’électeur.

Nommé au mois d’octobre 2011, M. Bruno Jean, sociologue, professeur à l’Université du Québec à Rimouski, exerce les fonctions de commissaire. Le second poste de commissaire est présentement vacant.

Pierre Reid

Pierre Reid

Directeur général des élections et président de la Commission de la représentation électorale

Le 11 juin 2015, l’Assemblée nationale du Québec nomme, à l’unanimité, Pierre Reid directeur général des élections. Son mandat de 7 ans s’amorce le 12 juillet 2015. Il est également président de la Commission de la représentation électorale.

M. Reid est détenteur d’un baccalauréat en droit de l’Université Laval et est membre du Barreau du Québec depuis 1977.

Œuvrant dans le domaine des affaires juridiques gouvernementales depuis plus de trente ans, M. Reid a acquis une solide connaissance du fonctionnement de l’administration publique. Sa carrière a débuté en 1978 comme conseiller juridique à l’Assemblée nationale du Québec. Avocat légiste au ministère de la Justice de 1980 à 1986, il a occupé par la suite des postes similaires, notamment au Secrétariat du Comité de législation du ministère du Conseil exécutif, au ministère de l’Environnement et à la Société de l’assurance automobile du Québec. De 2002 à 2008, il a poursuivi son parcours professionnel au Bureau du sous-ministre de la Justice à titre de conseiller en législation.

Jusqu’à sa nomination, M. Reid était Secrétaire général associé du Secrétariat du Conseil exécutif au ministère du Conseil exécutif, chargé de coordonner les activités liées aux dossiers du Conseil des ministres, en plus d’assurer la conformité juridique des décrets du gouvernement.

Bruno Jean

Bruno Jean

Commissaire

M. Jean est professeur émérite à l’Université du Québec à Rimouski, où il a été professeur régulier de 1977 à 2014. En 2001, il obtenait la Chaire de recherche du Canada en développement rural. Pendant plusieurs années, il a exercé des fonctions comme la direction du module de sociologie, du Groupe de recherche interdisciplinaire sur le développement régional, de l’Est du Québec (GRIDEQ) et du doctorat en développement régional. Originaire du Bas-Saint-Laurent (MRC des Basques), il a fait ses études (premier et second cycles) à l’Université Laval.

Détenteur d’un doctorat en sociologie (sciences sociales du développement) de l’École des hautes études en sciences sociales de Paris (1982), il a été professeur invité à l’Université de Nantes (1988), à l’Institut national de la recherche agronomique en France (1995), à l’Université fédérale du Paraná au Brésil (2000), au CNRS en France (2002), à l’Université d’Ibaraki au Japon (2008) et à l’Institut supérieur d’agriculture et d’agroalimentaire Rhône-Alpes (ISARA) de Lyon (2011).

Il a été récipiendaire du prestigieux Prix d’excellence en recherche de l’Université du Québec (1991). Son expertise est sollicitée par différents organismes. Il a siégé au Comité des partenaires de la ruralité du gouvernement du Québec dans le cadre de la mise en œuvre de la Politique nationale de la ruralité, dont il a contribué à la définition. Il a été membre du Comité consultatif canadien sur les questions rurales. Il vient aussi d’être nommé membre du Bureau du Conseil scientifique du programme PSDR (développement régional) de l’Institut national de la recherche agronomique en France. Finalement, il est également membre étranger de l’Académie d’agriculture de France.

Les enseignements du titulaire de la Chaire de recherche du Canada en développement rural portent sur le développement rural, l’environnement, le développement économique et social, le développement du tiers-monde, le développement local et régional. Ses recherches concernent les différentes dimensions du développement rural, allant des mutations de l’agriculture familiale aux dynamiques de développement local en milieu rural. En plus de ses travaux qui ont contribué à élargir le champ des études rurales au Québec, il a été associé à plusieurs programmes de coopération scientifique dans divers pays. Il est l’auteur de nombreuses publications dans le champ du développement régional et des études rurales. Son livre Territoires d’avenir – Pour une sociologie de la ruralité a marqué un tournant dans la reconnaissance de la ruralité comme une dimension essentielle de la réalité socioéconomique des sociétés modernes avancées.