Comparaison des cartes

Veuillez sélectionner une circonscription électorale selon l'ancienne carte (2011) pour visualiser la nouvelle délimitation en fonction de la prochaine carte électorale du Québec (décision finale du 23 février 2017). La proposition préliminaire et la proposition révisée peuvent également être affichées en choisissant l’onglet correspondant. Vous pouvez ainsi suivre l’évolution des travaux de la Commission qui ont mené à l’établissement de la nouvelle carte électorale du Québec. Les 125 nouvelles circonscriptions sont entrées en vigueur le 23 août 2018.

Nouvelle délimitation (décision finale 2017)

OU
Circonscription de 2011
Nouvelle(s) circonscription(s)
Limite municipale (31 janvier 2017)
Limite d'arrondissement
Ligne à haute tension
Voie ferrée
Circonscription de 2011
Nouvelle(s) circonscription(s)
Limite municipale (31 janvier 2017)
Limite d'arrondissement
Ligne à haute tension
Voie ferrée

Description de la nouvelle circonscription électorale

La circonscription de Maurice-Richard comprend la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et délimitée comme suit : la limite de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, le boulevard Saint-Laurent et son prolongement, et la rivière des Prairies, incluant l’île de la Visitation.

Elle comprend aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Montréal-Nord et délimitée comme suit : la rivière des Prairies, incluant l’île du Cheval de Terre, les boulevards Pie-IX, Henri-Bourassa Est et Saint-Michel et la limite de l’arrondissement de Montréal-Nord.

Description de la circonscription électorale proposée

La circonscription de Crémazie comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville située au nord-est du boulevard Saint-Laurent et de son prolongement, incluant l’île de la Visitation.

Description de la circonscription électorale proposée

La circonscription de Crémazie comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et délimitée comme suit : la limite de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, le boulevard Saint-Laurent et son prolongement, la rivière des Prairies incluant l’île de la Visitation.

Elle comprendrait aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Montréal-Nord et délimitée comme suit : la rivière des Prairies incluant l’île du Cheval de Terre, les boulevards Pie-IX, Henri-Bourassa et Saint-Michel et la limite de l’arrondissement de Montréal-Nord.

La circonscription proposée de Crémazie serait identique à la circonscription de 2011.

Description de la nouvelle circonscription électorale

La circonscription de Maurice-Richard comprend la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et délimitée comme suit : la limite de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville, le boulevard Saint-Laurent et son prolongement, et la rivière des Prairies, incluant l’île de la Visitation.

Elle comprend aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Montréal-Nord et délimitée comme suit : la rivière des Prairies, incluant l’île du Cheval de Terre, les boulevards Pie-IX, Henri-Bourassa Est et Saint-Michel et la limite de l’arrondissement de Montréal-Nord.

Liste des abréviations

Origine et signification

La circonscription électorale de Crémazie est créée en 1972. Elle est située dans l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville et une partie de l’arrondissement de Montréal-Nord de la ville de Montréal.

La circonscription porte le patronyme d’Octave Crémazie (1827-1879), libraire et poète québécois. Il fait ses études au Séminaire de Québec, à la suite desquelles il devient propriétaire, avec son frère, de la libraire J. et O. Crémazie sur la rue de la Fabrique. La boutique deviendra un centre du mouvement littéraire de la deuxième moitié du XIXe siècle. Octave Crémazie contribuera d’ailleurs à fonder l’Institut canadien de Québec (1847). Il doit sa renommée à son poème Drapeau de Carillon (1858). Criblé de dettes, il s’exile en France en 1862 pour échapper à ses créanciers et vivra sous le nom d’emprunt de Jules Fontaine, sous lequel il publiera un récit de la Commune de Paris, Journal du siège de Paris, qui le révèle comme écrivain.

Sources