Comparaison des cartes

Proposition de délimitation au second rapport

OU
Circonscription actuelle
Circonscription(s) proposée(s)
Limite municipale (30 septembre 2016)
Limite d'arrondissement
Ligne à haute tension
Voie ferrée
Circonscription actuelle
Circonscription(s) proposée(s)
Limite municipale
Limite d'arrondissement
Ligne à haute tension
Voie ferrée

Description de la circonscription électorale proposée

La circonscription de Ville-Marie comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Ville-Marie et délimitée comme suit : l’avenue De Lorimier et son prolongement, le fleuve Saint-Laurent incluant les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, le pont Victoria, la limite de l’arrondissement de Ville-Marie, le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Antoine Ouest, la limite de l’arrondissement de Ville-Marie, la voie Camillien-Houde et la limite de l’arrondissement de Ville-Marie.

Elle comprendrait aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et délimitée comme suit : le boulevard Saint-Laurent, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et l’avenue des Pins Ouest.


La circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Mercier−Hochelaga-Maisonneuve et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement de Mercier−Hochelaga-Maisonneuve située au sud-ouest de la voie ferrée du Canadien National et de ses prolongements nord-ouest et sud-est.

Elle comprendrait aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie située à l’est de la rue Rachel Est.

Elle comprendrait enfin la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Ville-Marie et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement de Ville-Marie située au nord-est de l’avenue De Lorimier et du prolongement de cette avenue, excluant les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame.


La circonscription de Mercier comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et délimitée comme suit : le boulevard Saint-Laurent, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, le boulevard Saint-Laurent, l’avenue des Pins Ouest, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et l’avenue du Mont-Royal Ouest.

Description de la circonscription électorale proposée

La circonscription de Sainte-Marie–Saint-Jacques comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Ville-Marie et délimitée comme suit : la limite de l’arrondissement de Ville-Marie, la rue Frontenac et son prolongement, le fleuve Saint-Laurent incluant les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, le pont Victoria, la limite de l’arrondissement de Ville-Marie, les rues de la Commune Ouest, McGill, du Square-Victoria, Saint-Antoine Ouest et Saint-Antoine Est, le prolongement de la rue Sanguinet, cette rue et les boulevards René-Lévesque Est et Saint-Laurent.

Elle comprendrait aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et délimitée comme suit : les rues Rachel Est et Frontenac, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et le boulevard Saint-Laurent.

La circonscription proposée de Sainte-Marie–Saint-Jacques serait identique à la circonscription actuelle.

Description de la circonscription électorale proposée

La circonscription de Ville-Marie comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Ville-Marie et délimitée comme suit : l’avenue De Lorimier et son prolongement, le fleuve Saint-Laurent incluant les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame, le pont Victoria, la limite de l’arrondissement de Ville-Marie, le boulevard Robert-Bourassa, la rue Saint-Antoine Ouest, la limite de l’arrondissement de Ville-Marie, la voie Camillien-Houde et la limite de l’arrondissement de Ville-Marie.

Elle comprendrait aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et délimitée comme suit : le boulevard Saint-Laurent, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et l’avenue des Pins Ouest.


La circonscription d’Hochelaga-Maisonneuve comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Mercier−Hochelaga-Maisonneuve et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement de Mercier−Hochelaga-Maisonneuve située au sud-ouest de la voie ferrée du Canadien National et de ses prolongements nord-ouest et sud-est.

Elle comprendrait aussi la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement de Rosemont–La Petite-Patrie située à l’est de la rue Rachel Est.

Elle comprendrait enfin la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement de Ville-Marie et délimitée comme suit : la partie de l’arrondissement de Ville-Marie située au nord-est de l’avenue De Lorimier et du prolongement de cette avenue, excluant les îles Sainte-Hélène et Notre-Dame.


La circonscription de Mercier comprendrait la partie de la Ville de Montréal située dans l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et délimitée comme suit : le boulevard Saint-Laurent, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal, le boulevard Saint-Laurent, l’avenue des Pins Ouest, la limite de l’arrondissement du Plateau-Mont-Royal et l’avenue du Mont-Royal Ouest.

Liste des abréviations

Origine et signification

La circonscription électorale de Sainte-Marie–Saint-Jacques est située sur l’île de Montréal. Le toponyme Sainte-Marie–Saint-Jacques lui est attribué en 1988, à la suite de la fusion des anciennes circonscriptions de Sainte-Marie et de Saint-Jacques, créées en 1912 (alors nommées Montréal–Ste-Marie et Montréal–St-Jacques, respectivement).

La composante toponymique Sainte-Marie fait référence au faubourg Sainte-Marie, anciennement connu sous le nom Faubourg à mélasse (ou Faubourg-à-m’lasse) en raison de la présence d’immenses réservoirs de mélasse en zone portuaire. Ce quartier était considéré comme le bastion industriel des ouvriers canadiens-français de l’époque. L’appellation Sainte-Marie s’inspirerait du nom du courant du fleuve qui passe entre les ponts Jacques-Cartier et Victoria.

Quant au toponyme Saint-Jacques, il renvoie à l’ancienne église Saint-Jacques-le-Majeur qui a été construite en 1823 en l’hommage à Jean-Jacques Lartigue (1777-1840), prêtre catholique, sulpicien et premier évêque de Montréal. En 1825, il met sur pied le séminaire Saint-Jacques, dont la direction est assurée par Ignace Bourget. Aujourd’hui, seule la façade de l’église Saint-Jacques-le-Majeur a été préservée; elle est intégrée à l’un des pavillons de l’Université de Montréal.

Sources